Définir une cible pour définir une stratégie de communication

Le point de départ de votre façon de communiquer 

Comme nous l’avons exposé dans notre précédent article, garantir une visibilité massive de vos messages n’est pas la stratégie la plus efficace pour atteindre efficacement votre cible.

Cette méthode, certes la plus économique en termes de temps et de ressources humaines, est particulièrement coûteuse et ne garantit pas une rentabilisation efficace de votre budget de communication.

La question à définir fondamentalement, lorsqu’on souhaite penser subtilement un plan de communication et valoriser un projet, un produit ou une image de marque est de définir la cible que l’on souhaite atteindre. Pourquoi ?

Un prospect n’est pas un individu uniforme et monolithe.

Il possède des caractéristiques individuelles de personnalité et de comportements spécifiques, et relatifs à plusieurs composantes qui le caractérisent.

Une population jeune et « hype » parisienne ne possède pas des habitudes d’utilisation des réseaux ou de consommation similaires à celles d’un public de jeunes parents cadres et trentenaires ou de celles d’un entrepreneur confirmé en quête ponctuelle ou régulière de services ou d’une prestation particulière.

Définir précisément la cible que l’on souhaite atteindre permet donc de s’approcher et d’étudier, dans une réelle démarche de compréhension participante, son fonctionnement d’utilisateur des réseaux, sa manière particulière de porter son attention et de se représenter les différents messages auxquels il peut être exposé, ainsi que son process particulier d’analyse et d’intégration de celui-ci.

Cette étude de la cible permet de dégager ce qui permettra de rendre votre message efficient, au travers des différentes sphères que nous avons évoquées dans notre précédent article : exposition, attention, représentation et mémorisation/comportement proactif.

Optimiser votre visibilité en définissant les habitudes de votre cible

Cerner les réseaux préférentiellement employés, souvent relatifs aux groupes sociaux (sportif, jeune parent, professionnel de l’événementiel) auxquels celle-ci appartient afin de se situer là où elle pourra percevoir votre message.

Prévoir les supports auxquels elle sera le plus réceptive– en dynamique avec votre propre façon de prospecter, car on utilise des supports sensiblement différents lorsqu’on est régulièrement présent sur des salons en communiquant avec un public ou des potentiels partenaires en individuel que lorsqu’on propose un produit sur un site marchand ou encore des prestations hautement spécialisées auprès d’un public très restreint.

Ce dernier point est par ailleurs en dynamique conjointe avec l’intégralité de ce qui compose cette particule de votre stratégie de communication. Cette autour de cette réflexion que se définit nécessairement l’ADN de votre image de marque.

Stratégiser le contenu afin qu’il puisse capter et potentialiser suffisamment d’attention pour être analysé par votre prospect.

Penser de façon fine l’ergonomie du contenu afin de répondre aux codes inhérents à ces différents groupes – et parfois jouer autour de la subversion de ces propres codes afin d’être suffisamment décalé pour contraster avec le flux permanent d’informations reçues par votre prospect : l’attention, dans un premier temps, se porte sur les caractéristiques saillantes d’un contenu, et non sur le contenu en lui-même.

Ce sont ces quelques secondes de balayage visuel qui capitalisent le crédit cognitif qui sera accordé au reste de votre message.

Cibler les besoins sous-jacents auxquels répondent votre produit afin d’associer au message une expérience qui générera une émotion capable d’imprimer votre contenu.

Celui-ci doit être suffisamment puissant pour associer votre message à une émotion à laquelle votre cible est particulièrement réceptive en fonction de son profil : la surprise, l’humour, ou la nostalgie en sont des éléments.

On peut également travailler autour de l’identification à un groupe auquel le prospect aspire à être reconnu ou influent, ou encore d’une ambiance ou d’un climat psychique particulier tel que le bien-être, une situation sociale valorisante ou la mise en avant d’une caractéristique de son identité à laquelle il est particulièrement sensible.

Programmer une stratégie à court, moyen et long terme permettant de renforcer cette association particulière, et de susciter un comportement proactif.

Les habitudes d’engagement puis de conversion de vos prospects sont également différentes et méritent d’attirer tout particulièrement votre attention. L’idée est de générer une empreinte suffisante afin de créer une émulation particulière autour de votre message : celui-ci passe alors du plan intra-individuel, celui de l’expérience personnelle de votre prospect, au plus inter-individuel, lorsque celui-ci a été suffisamment atteint pour acter un comportement proactif de partage du message et/ou de consommation.

Un message efficient, c’est un message qui est repris et partagé par vos prospects qui souhaitent  parler de leur propre expérience. 

Définir cette cible, c’est en premier définir le public sensible à votre produit ou votre service.

Cette question s’articule essentiellement autour des besoins auxquels celui-ci répond, puis comment vendre de façon juste et optimale ce besoin auprès de cette population en considérant les différentes sphères du processus de perception et d’intégration de vos communications que nous venons de détailler.

C’est précisément autour de cette stratégie d’analyse que s’articule notre façon de travailler.

Cette définition est fondamentalement dynamique. Qu’il s’agisse de votre cible en soi ou de ses besoins, ces deux composantes ne seront pas statiques : elles évolueront au fil de votre expansion et nécessitent donc d’être régulièrement revues et ajustées afin de s’adapter de façon souple et agile à votre public.

Il est par ailleurs assez souvent la règle qu’une cible initialement définie ne corresponde pas totalement à celle qui est effectivement atteinte, ou encore que l’utilisation faite en situation de votre produit ou de votre service ne soit pas exactement celle qui soit préalablement envisagée : ce sont nombre de variables à inclure dans votre expérience, empirique, de prospection afin d’adapter et de réajuster votre façon de communiquer – ces détournements et fluctuations peuvent alors devenir un argument fort auprès de vos éventuels partenaires ou de votre cible.

Notre engagement, c’est de mettre notre philosophie de la communication – centrée sur l’efficience et l’adaptation constante, agile, et dynamique à votre public – à votre portée et à votre service.

Nous travaillons avec vous pour vous transmettre notre expertise en la matière et vous rendre autonome dans votre travail de prospection. 

Alors, essayerons-nous ensemble d’agir efficacement pour le développement de votre entreprise et de vos projets ?

One Reply to “Définir une cible pour définir une stratégie de communication”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *